Dans une nouvelle étude clinique, le Dr. Gema ALFONSO et Dr. Delphine GRANIER présentent une nouvelle approche clinique pour le traitement de restauration vaginale (endovaginale et exovaginale) en utilisant le laser CO2 fractionné « Smaxel » d’IDS.  L’objectif de la présente étude est de définir un protocole de traitement et d’observer ces effets sur un nombre restreint de patientes, en s’assurant de l’efficacité et de l’innocuité du Smaxel.

Qu’est-ce que le syndrome génito-urinaire ?

Avec les années, les organes génitaux féminins se modifient, se traduisant par un relâchement des tissus. Cette hypolaxité peut entraîner une gène occasionnelle, une hypersensibilité des parois, et une diminution du plaisir lors des rapports sexuels. Lors de la ménopause, la femme subit une réduction hormonale, avec l’apparition de symptômes tels que la diminution des sécrétions vaginales, l’apparition d’une dyspareunie et d’une incontinence urinaire. Tous ces troubles intimes définissent le « syndrome génito-urinaire » et peuvent être résolus avec le traitement de restauration vaginale.

En quoi Smaxel (laser CO2 fractionné) est-il efficace ?

Qu’est-ce que le traitement de restauration vaginale ?

étude clinique restauration vaginale smaxel Contre le syndrome génito-urinaire, les solutions thérapeutiques (œstrogènes et traitement hormonal) ne sont pas adaptés  à toutes les femmes. L’apparition du laser en gynécologie, est une alternative thérapeutique, pour toutes les femmes présentant les symptômes liés au vieillissement. Le laser CO2 est donc une réelle innovation dans la restauration génitale. Depuis 2011, des études cliniques ont prouvés l’efficacité du laser CO2, en démontrant une amélioration notoire de l’atrophie vulvo-vaginale.

La présente étude clinique a été réalisée sur 6 patientes, entre 36 et 62 ans. L’appareil utilisé lors de l’étude est le SMAXEL (laser CO2 fractionné) avec une longueur d’onde de 10 600 nm et une puissance de 40W. La pièce à main manuelle a été utilisée pour le traitement endovaginal et exovaginal pour la restauration vulvaire, sur une durée de trois séances.

Les résultats

A la suite de cette étude, les résultats observés sont une amélioration notable sur tous les symptômes du syndrome génito-urinaire, avec un taux de satisfaction des résultats ressentis pas les patientes de 86 % et une augmentation de l’estime de soi de 52%.

Le VHI (Vaginal Health Index) a été amélioré pour toutes les patientes avec une augmentation de 4,6 point à 8,6 points. Cette nette amélioration est la conséquence de l’augmentation importante de l’hydratation des muqueuses et des sécrétions vaginales

Pour le traitement de la sécheresse vaginale et de la dyspareunie, 100% des patientes ont noté une forte amélioration de ces désagréments. L’augmentation de leurs sécrétions vaginales, a également permis une amélioration du plaisir sexuel. En ce qui concerne les patientes atteintes de vestibulodynie, ces dernières ont observées une amélioration avec une diminution de la douleur.

En ce qui concerne le relâchement cutané vulvairetoutes les patientes ont témoignées d’un aspect plus esthétique à la suite des traitements. En ce qui concerne la laxité vaginale, 100% des patientes ont déclaré avoir eu une augmentation du plaisir sexuel. Une patiente exprime même une amélioration de la symptomatologie, avec une diminution des bruits gênants issus du vagin lors des rapports sexuels, ainsi qu’une augmentation du plaisir sexuel.

Chez la patiente atteinte de lichen scléreux vulvaire, il a été observé une importante amélioration pour le VHI, pour l’aspect extérieur cutané, ainsi qu’au niveau du questionnaire Feminal Sexual Function Index (+23 points).

Etude clinique complète

Ci-dessous, le tableau récapitulatif des symptômes avant le traitement, puis après les 3 séances de laser CO2 Smaxel :

étude clinique restauration vaginale

Vidéo : laser CO2 Smaxel

Laissez un avis

requis